Pastéis de nata petits flans portugais

1,00

Le pastéis de nata ont été créés avant le 18ème siècle par des moines catholiques au monastère des Hiéronymites ( portugais : Jerónimos ) dans la paroisse civile de Sainte – Marie de Bethléem , à Lisbonne. [3] [4] À l’époque, les couvents et les monastères utilisaient de grandes quantités de blancs d’œufs pour féculer des vêtements, tels que les habitudes religieuses des frères et des religieuses . Il était assez courant que les monastères et les couvents utilisent les jaunes d’œufs restants pour faire des gâteaux et des pâtisseries, ce qui entraîne la prolifération de recettes de pâtisserie sucrée dans tout le pays.

Suite à l’extinction des ordres religieux et face à la fermeture imminente de nombreux couvents et monastères au lendemain de la révolution libérale de 1820 , les moines ont commencé à vendre des pastéis de nata dans une raffinerie de sucre à proximité pour générer des revenus. En 1834, le monastère a été fermé et la recette a été vendue à la raffinerie de sucre, dont les propriétaires ont ouvert en 1837 la Fábrica de Pastéis de Belém. Les descendants sont propriétaires de l’entreprise à ce jour. 

En 2009, The Guardian a classé les pastéis de Belém parmi les 50 «meilleures choses à manger» au monde.

Description

 

 

Le pastéis de nata ont été créés avant le 18ème siècle par des moines catholiques au monastère des Hiéronymites ( portugais : Jerónimos ) dans la paroisse civile de Sainte – Marie de Bethléem , à Lisbonne. [3] [4] À l’époque, les couvents et les monastères utilisaient de grandes quantités de blancs d’œufs pour féculer des vêtements, tels que les habitudes religieuses des frères et des religieuses . Il était assez courant que les monastères et les couvents utilisent les jaunes d’œufs restants pour faire des gâteaux et des pâtisseries, ce qui entraîne la prolifération de recettes de pâtisserie sucrée dans tout le pays.

Suite à l’extinction des ordres religieux et face à la fermeture imminente de nombreux couvents et monastères au lendemain de la révolution libérale de 1820 , les moines ont commencé à vendre des pastéis de nata dans une raffinerie de sucre à proximité pour générer des revenus. En 1834, le monastère a été fermé et la recette a été vendue à la raffinerie de sucre, dont les propriétaires ont ouvert en 1837 la Fábrica de Pastéis de Belém. Les descendants sont propriétaires de l’entreprise à ce jour. 

En 2009, The Guardian a classé les pastéis de Belém parmi les 50 «meilleures choses à manger» au monde. 

« Retour